Post has published by mongotmery
  • Modérateur
    Posts8429
    Member since: 14 mai 2013

    @noble7

    Deux choses:

    1/ D’abord, un missile à 5 mètres au dessus de l’eau à 30 km, pas grand chose ne peut l’intercepter. Par contre l’allumage de son radar permet de commencer à le brouiller.

    2/ Mais de toute façon, il n’y a pas de distance fixe (je serais curieux de savoir où tu as vu ces 30 km d’ailleurs): le missile une fositiré ne “sait” pas où est la cible. On ne peut donc pas le paramétrer pour lui dire “quand tu es à 30 km de la cible allume ton radar”. Le missile est envoyé vers une position déduite de la position et de la direction (ainsi que de la vitesse, du type de navire…) de la cible au moment du tir . Avec cette donnée le missile va à la position qu’on lui donne au moment du tir, et là il allume son radar, et cherche à trouver la signature de la cible qu’on lui a donné au départ. Après je ne sais pas comment çà se passe, mais dans l’idéal le missile voit au radar plus ou moins devant lui la cible du départ et la détruit.

    La distance du missile à la cible, au moment où le missile allume son radar (donc le moment où la cible le détecte et se sait menacé), est donc variable selon la situation tactique.

    Le fait est que la capacité sea-skimming date

    Oui, mais si on doit juger des capacités entre 1945 et maintenant des différents missiles antinavires, l’Exocet a été le deuxième à l’avoir.

    , et est aujourd’hui implémentée sur pratiquement tout les missiles anti-navires. Même chose pour les trajectoires évasives et les moyens de contre-mesures intégrés.

    Non. Les missiles antinavires supersoniques (les russes et chinois) ne volent pas au ras de l’eau, ils sont détectables au radar pendant tout leur vol, sauf s’ils sont furtifs en eux-mêmes, c’est à dire comme le F22 ou le F 35 quelquesoit l’endroit où ils volent. A ma connaissance aucun missile antinavire opérationnel ne l’est.

    Les missiles antinavires sea skinning sont subsoniques, parce que voler au niveau de la mer à plus de Mach 1 est très difficile et consomme énormément. C’est une contrainte pour eux, mais elle est compensée largement par la discrétion.

    Enfin, l’Aster 30 et l’Evolved Sea Sparrow sont deux missiles de moyenne portée, antiaériens, à guidage radar, un guidage inutile à une moyenne portée contre une cible volant au ras de l’eau. En revanche, dans un contexte où un avion doté d’un missile sea skinning comme l’Exocet cherche à repérer un navire au radar, mais que ce navire brouille autour de lui ou est furtif (comme une FREMM), alors l’avion devra se rapprocher plus près que la portée du missile ne l’exige: du coup, l’avion pourra être engagé et éventuellement détruit avant de tirer son missile.

    Car n’oublions pas que l’avion volera presque tout le temps au niveau de la mer, sauf pour repérer la cible juste avant le tir.

    Aux Malouines, les Super Etendard ont eu ce profil de vol: Départ du continent, vol haut, ravitaillement en vol, vol bas vers la dernière position connue de la flotte, remontée pour observer au radar de l’avion, redescente et redirection puis remontée à nouveau (autant de fois qu’il le faut pour trouver une cible). Une fois la cible localisée au radar, l’avion redescend et tire le missile, puis fait demi tour.

    Comme le forum, me voici amélioré du type 2 au type 10!

  • A password will be emailed to you.