Post has published by Nathan
  • Participant
    Posts921
    Member since: 20 décembre 2014

    L’artillerie en France et preparatif a l’offensive:

    Entretemps Jérome-Napoleon fit des recherches dans toute la france pour reccuperer toute l’artillerie disponible, et elle n’en manquait pas, outre les 942 canons dont une partie fut perdu a la bataille des frontieres, “nous disposions a la date du 1er juillet 1870, de 3,216 canons rayés de campagne de 4, de 8 et de 12, et 190 canons à balles ou mitrailleuses, au total 3,406 bouches à feu, avec 3,175 affûts et 7,436 caissons à munitions, c’est-à-dire le matériel nécessaire pour mettre en ligne, si l’on avait pu les servir et les atteler, 3,000 canons de bataille ou 500 batteries de 6 pièces, chiffres correspondans à une armée de 750,000 combattans, à raison de 4 bouches à feu par 1,000 hommes. À ce nombre de 3,406 canons de campagne, il faut ajouter 581 canons rayés de montagne également pourvus de tout l’attirail correspondant, ce qui portait le nombre total des bouches à feu rayées de bataille à 3,987. On s’expliquera maintenant par ces chiffres comment, ( malgré la perte d’une partie de l’artillerie ) ( voir Uchhronie ) de l’armée du Rhin et celle du 12e corps formée au mois d’août et prise à Sedan, malgré l’occupation des grands arsenaux de Strasbourg et de Metz, le gouvernement de Tours a eu l’agréable surprise de constater qu’il y avait encore des canons dans les provinces non envahies par l’ennemi, et comment dans Paris cerné, réduit à lui-même, il s’est dès le premier jour trouvé assez de matériel de campagne pour composer deux fois autant de batteries qu’il était possible d’en utiliser.

    …Avec 164 batteries de personnel organisées, l’artillerie possédait 500 batteries de matériel rayé de campagne et 90 batteries de matériel rayé de montagne.

    Au 1er juillet 1870, cette artillerie lisse de campagne se composait encore de 5,379 canons et obusiers, avec 3,554 affûts et 4,627 caissons à munitions, nombres correspondans à la composition de 360 batteries de 6 pièces au moins. Les canons de cette catégorie étaient et sont journellement rayés, et c’est avec les canons-obusiers de 12, dont l’on a depuis 1867 étudié la transformation en canons se chargeant par la culasse, que l’on obtient ces canons de 7, qui ont salué pour la première fois les Prussiens, dans la journée du 30 novembre, du haut du plateau d’Avron, où ils étaient en position.

    Quant au gros matériel destiné au service des sièges, des places et des côtes, canons, obusiers et mortiers, il existait, au 1er juillet 1870, 12,336 bouches à feu, dont 4,407 canons rayés de 30, de 24 et de 12, des types de l’artillerie de terre et de 19e et 16e des types adoptés par l’artillerie de la marine. En résumé, l’artillerie de terre possédait 21,702 bouches à feu. Les Prussiens nous ont pris, avec les deux armées de Mac-Mahon et de Bazaine, 1,000 canons de bataille, et dans les places de l’Alsace, de la Lorraine et des Ardennes, 3,000 bouches à feu de tous modèles et de tous calibres.”

    ” Ce qui explique que l’armée bloquée sous Metz a pu y livrer plusieurs batailles avant d’avoir épuisé ses munitions, et que des bicoques comme Toul, Phalsbourg et Montmédy, ont résisté pendant plusieurs mois avant d’ouvrir leurs portes.”

     

    https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Artillerie_fran%C3%A7aise_avant_et_depuis_la_guerre

     

    ( Dans l’uchronie, il faut ajouter plus de 700 canons de bataille, soit un total reuni de 9 500 bouches a feux environ, decompté des pieces de sieges, et 8 000 d’entre elles devraient converger par train sur le front dans les semaines et mois a venir, avec leurs munitions et leurs chariots. )

     

    La menace si grande qu’avait fait peser les Prussiens sur la France et Paris, envahissant le coeur du territoire, et la crainte de les voir revenir un jour, fit soulever un tel élan d’énergie du peuple, du simple soldats aux paysans, qu’ils contribuerent tres nombreux a l’éfforts de l’armée, en leurs pretant chevaux, fourrages, chariots disponibles, mains d’oeuvres pour tout acheminer par trains, qu’en moins de trois mois, tout fut terminer, l’insuffisance du début de la campagne succéda a l’excès, par crainte d’un retour offensif des Prussiens ou la population, était laissée ignorante des formidables preparatifs en court, afin de ne pas instruire l’ennemi.

     

    Fin Janvier, tout sera pret.

    Jerome-Napoleon voulu suppleer aux manque de portée de son artillerie par une formidable puissance feux, et instruit des démarches d’alliance entre la France et l’Autriche, voulu influencer celle ci par une formidable preparation dont elle eut connaissance exprés, qui inclina nettement sa decision vers l’alliance, et cette concentration, basé en partie sur la surprise, devait etre decisif dans l’offensive qu’il comptait entreprendre, et fit établir pour cela un front étanche de part et d’autres du front, pour eviter que soit connu trop vite pareille concentration d’artillerie par l’ennemi lorsqu’ils sera revenu en Alsace-Lorraine, ne tirera avant l’offensive que quelques coups de canons épars pour ne pas trahir trop vite selon la nécesité du plan, la veritable puissance feux.

     

    Quand a la population vivant a l’interieur du perimetre du front, elle a ordre d’eviter certains secteurs et au besoin est deplacés ailleurs sous le faux pretexte que c’est pour sa sécurité et des risques d’offensives Prussiennes sur ses secteurs là.

    Ce qu’elle accepte plus facilement.

     

    Une seule exception pour rompre cette surprise qu’ impose Jérome-Napoleon, serait un assaut majeur des Prussiens pour briser leurs attaques si celle ci s’averre dangeureuse pour le front, mais on ne l’attend pas au minimum avant un mois, et d’ici là, un tiers des pieces sera arrivées, soit plus de 2 600 canons installés en arriere du front et pret a intevenir a l’endroit decisif, dont au fur et a mesure de leurs arrivés est camoufler du mieux qu’il ce peut.

    Toujours cette inquietude que cette information puisse arriver a l’ennemi.

     

    Ceci aurait probablement pour éffet d’avancer la date de l’offensive afin que les Prussiens, surpris d’abord, ne puisse y repondre éfficacement.

     

    Jerome-Napoleon devra réquisitionner nombre de chevaux de trait sur toute la france, et du fourrage, pour environ 20 000 chevaux reçu, mais ce nombre restera toujours insuffisant, et devra s’en contenter, aussi, fussent decider que l’artillerie ce deplacera par pallier successif lors de l’offensive.

     

    Des 30 000 chevaux prussiens capturés seront mis a contributions a ce moment pour tirer les chariots de munitions et suivre l’offensive.

     

    5 000 Chevaux pris sur la Cavalerie française sur les 60 000 avant l’offensive au depart, serviront pour le fourrage, aussi, nombre de chariots encombreront les routes, restera 25 000 h de Cavalerie, mais l’experience a montré que les charges ne sont plus de mode devant la puissance feux, mais pour l’exploitation en profondeur, peut s’averrer utile.

     

    Heureusement, pour suppleer aux manque, la voie de chemin de fer principale arrive a Nancy et l’autre passe par Belfort jusqu’en Alsace, et les voies secondaires longe suffisament les fronts et l’autre remonte l’Alsace et alimente ce front.

     

    france et chemin de fer

     

    De plus, pour forcer a la dispersion de l’effort Prussien, des embarcaderes seront obstensiblement montrer sur le Rhin comme presentant une menace de franchissement sur l’autre rive, ou au minimum une armée Prussienne de 200 000h devrait etre retenu là, ou seulement 50 000 soldats Français suplementaires occuperont l’Alsace, ( deja 70 000h l’occuperont,) et la concentration importante des forces Françaises reuni dans un lieu si étroit et proche du Rhin ferait qu’elle inciterait par crainte a garder serieusement leur coté de la rive et éviter toute tentatives prussiennes qui serrait finalement voué a l’echec, meme s’ils prennaient pied sur le sol Français, du fait de cette concentration si grande en Lorraine qui les vaincraient.

     

    En attendant, l’offensive devrait normalement debuter en fin janvier, d’ici là, la defensive sera de mise.

     

    Le reveil ennemi devrait etre  brutal.

  • A password will be emailed to you.