Post has published by SocrateLeStratège
  • Participant
    Posts275
    Member since: 13 avril 2015

    Les occidentaux ont fait le choix d’une frappe politique et symbolique, ils n’ont en aucun cas ciblé l’armée syrienne ou ses alliées, ce qui à permis d’éviter un quelconque dommage collatéral. Il n’y a d’ailleurs pas eu de mort. Le risque de guerre chaude est donc fort probablement écarté. Après je pense que cette “crise” est un instant qui s’inscrit dans une temporalité plus longue, la temporalité du conflit Russie-Occident qui dure depuis au moins 2012.

    Pour ce qui est du bloc orientale (Russie, Syrie, Iran, et Turquie), il est vrai que la Turquie se démarque car elle opposée à la Russie sur la situation en Syrie (La Russie est pour Assad alors que la Turquie est contre). Néanmoins, Erdogan a été victime d’un coup d’état militaire il y a deux ans, et il n’a du son salue qu’à Poutine. Si la Turquie reste un état pleinement indépendant et pleinement souverain, il est en quelque sorte tributaire de la Russie (En témoigne l’absence de tension entre la Russie et la Turquie en Syrie, alors qu’il y a bel et bien tension entre la Russie et l’Occident à ce même sujet, du moins selon mes sources). De part ailleurs, la Turquie à une politique assez étrange vis à vis de l’Otan. En cas de conflit sur la longue durée entre elle et l’alliance atlantique, je ne ferais pas vraiment confiance à la Turquie. Pour rendre les choses plus claire, je vous partage ce doc issus du Figaro qui explique les lien entre entité dans et autour de la Guerre civile syrienne (Source: Le Figaro – Derrière l’enfer syrien, la victoire de la realpolitik):

    Remarquez que la Russie, l’Iran et la Syrie (Régime syrien) sont tous alliés stratégiquement, alors que la Turquie n’est alliée que tactiquement à la Russie. Mais j’ai une explication à cela: ce bloc orientale n’est pas une alliance ayant un but commun (comme c’était le cas dans les grandes lignes pour le bloc pro-soviétique au siècle dernier) mais une alliance d’intérêt. Il se trouve que la Russie, la Turquie, et même la Chine estiment avoir été humilié par l’Occident au cour des deux dernier siècle, et chacun voudrait prendre sa revanche. Mais chacun à ses intérêts propres.

     

    Sinon pour te répondre @bat, les français sont assez partagé quant aux frappes: globalement tout le monde est d’accord pour dire qu’il y a eu une attaque chimique, mais il y a eu des divergence quant à la question de réagir ou pas notamment a cause du risque d’escalade.

    J’ai crut par contre voir que seul 22% des britanniques soutenaient les frappes en Syrie (Je ne retrouve plus ma source).

    Pour la réaction de la Russie, les Occidentaux ont réussi à réaliser des frappes sans réellement faire mal au régime syrien et aux forces russes. Donc si il y a bien eu une insulte faite aux russes, elle ne justifie pas une guerre ou un acte hostile en représailles. Cependant, ça ne veut pas dire que la Russie ne va rien faire. Les frappes occidentale ayant été très ciblées et limité, les représailles russes devrait être dans la même mesure (des coups de semonces contre les bateaux occidentaux par exemple).

    Stratège en devenir !

  • A password will be emailed to you.