Post has published by Noble 7
  • Participant
    Posts930
    Member since: 6 novembre 2015

    De fait, les fascistes italiens n’avaient aucun grief contre les Juifs. En espérant avoir éclairé ta lanterne ! ?

    Il existait un contexte ethnique en Italie fasciste. Au début non pas biologique comme avec l’aryanisme, mais culturel. Mussolini voulait éliminer la bourgeoisie et les favoris de l’Etat. Ce n’est que plus tard que naîtra le concept de “race Italienne pure”, coïncidant avec les lois de 1938. Dans les deux cas, les juifs étaient particulièrement concernés.

    Si la population était tout à fait d’accord avec le premier concept, le dernier lui était totalement étranger. Surement plus que partout en Europe, le juif s’était très bien intégré en Italie. Italiens et juifs ( italiens non juifs et italiens juifs) ne faisaient qu’un, que ce soit dans la bureaucratie, la politique ou le peuple – D’où une certaine lenteur dans la conceptualisation et mise en action d’une politique anti-juive, notamment pendant la guerre.

    Des juifs seront internés. Beaucoup. Le camp d’internement de Campagna est surement le plus célèbre.  Les juifs seront plus ou moins persécutés, autant socialement que politiquement parlant. Bien sur ce n’est RIEN comparé au racisme allemand, mais c’est toujours quelque chose. Parallèlement, il est vrai que le sauvetage des juifs, italiens mais aussi grecs, ethiopien et français (tous dans les zones sous domination italienne) fut une contrepartie bien plus importante. Elle est d’autant plus mise en valeur avec le concept/mythe du “gentil-homme/soldat italien” pendant la SGM.

    Allez bye Fanta !

  • A password will be emailed to you.