Post has published by guiguit
  • Modérateur
    Posts2015
    Member since: 26 août 2013

    Erdogan frappe les Kurdes en Syrie (au-delà donc de ses frontières – d’un point de vue strictement légal, en a-t-il le droit

    Du point de vue du droit de la guerre (aussi appelé droit international humanitaire), le ius ad bellum, soit le droit d’entrer en guerre, est permis si une des conditions suivantes est remplie :

    -Un mandat des Nations Unies : si l’ONU donne mandat à un Etat (ou une groupe d’Etat comme une coalition de circonstance ou une alliance permanente ou autre organisation internationale) pour s’ingérer dans un conflit en cours quel que soit sa nature (guerre civile, ethnique, de frontières,…)

    -L’invitation d’un autre Etat : en vertu d’un traité, un Etat peut en appeler un autre à l’aide dans le cadre d’un conflit armé. La France au Mali ou la Russie en Syrie sont des exemples contemporains et parlants.

    -La légitime défense : un Etat attaqué par un autre Etat ou un groupe armé organisé a parfaitement le droit de répliquer et de contre-attaquer. C’est paradoxalement la France qui a créé une “extension” de la légitime défense en allant bombarder les positions de l’Etat islamique en Syrie sans l’autorisation du gouvernement syrien (ce qui aurait pu être considéré comme illégal). Erdogan peut donc argumenter qu’il ne fait “que” défendre la Turquie contre une organisation terroriste.

  • A password will be emailed to you.