Post has published by Colonel_Orlik
Participant
Posts373
Member since: 17 juillet 2016

Je ne suis pas d’accord.

Déjà, sur le fait de dire que c’est le régime qui a utilisé des armes chimiques : rien ne prouve, et rien n’a jamais prouvé que le Régime de Damas en a utilisé durant cette guerre et du fait de son activité, rien n’a pus le confirmer ou l’infirmer et aujourd’hui que le Régime n’a jamais été aussi proche de gagner la guerre, pourquoi utiliserai-t-il ce genre d’armes alors qu’il sait qu’il est dans le viseur des occidentaux.  Cela à toujours profiter aux opprimés et notre vision manichéennes de ce genre de conflit n’a pas arrangés les choses.

Étrangement, cette attaque chimique arrive peut après l’empoisonnement là aussi par arme chimique d’un ancien espion Soviétique en Angleterre, ce qui tout de suite fait réagir avec des sanction à l’encontre de la Russie sans même avoir de preuves contre elle à part l’origine possible du poison qui est tellement gros que celas fait croire à un mauvais scénario de film à gros budget hollywoodien.

Ensuite, l’idée proposé d’un bloque “Russie, Turquie, Iran et Syrie” est très improbable, ne serait-ce que pour la position ambiguë de la Turquie, qui est plus proche des américains et des européens que de la Russie ou de sa volonté à peine caché de vouloirs être la première puissance de cette parti du monde, face à l’Iran et surtout aux Émirats Arabes Unis.

 

 

Quand aux réactions des dirigeant Occidentaux, je crois au contraire qu’elle est plus possible qu’on ne le croit mais celas dépend beaucoup de la volonté de la Russie à vouloir garder la Syrie dans son giron du fait que c’est l’un des dernier pays de la région qui n’est ni sous tutelle américaine de part l’absence de base de ces derniers en Syrie ni sous pression Israélienne comme le Liban.

Car de notre côté, avec un Trump peu prévisible et un Macron Béni-oui-oui, quand bien même la France peut faire quelque chose dans cette histoire, la volonté semble ferme de vouloir jouer des coudes et de maitriser complètement la région grâce à son instabilité. Et il existe même de faibles chances que celas nous refasse une “Sarajevo” : un évènement politique qui ne concerne qu’un pays à la base qui dégénère pour finir en conflit de plus grande ampleur. Car, pour moi, la Syrie et ce qui s’y passe ne nous concerne en rien, surtout depuis la “mort” de l’état islamique et quand bien même il y a des armes “de destruction massive” qui ont été utilisé, celas n’est qu’un bon moyens de nous détourner de ce qui se passe en France, ou ne serais-ce qu’en Europe.

 

La manière dont vire les positions diplomatique autour de ce conflits sont de plus en plus inquiétantes.

"La critique de l'art est aisément difficile mais l'art de la critique est difficilement aisé".

A password will be emailed to you.